La médina de Tunis : L’intemporelle

Petit faubourg sans grande importance depuis l’époque des carthaginois, la ville de Tunis a été depuis longtemps une ville satellite et vivait toujours à l’ombre de la puissante Carthage, une dépendance qui a fini avec l’arrivée des arabe en Tunisie, d’où le centre ville commence à s’agrandir et connaître un essor sans égal surtout sous le règne des Aghlabides, Almohades et des Hafsides où plusieurs édifices ont vu le jour témoignant d’une révolution architecturale et culturelle sans précédent devenant ainsi une des villes les plus importantes de la région influencée par son héritage arabe, andalous et turc.

 Fondée en 689 autour de la mosquée de Zitouna et inscrite depuis 1979 au patrimoine mondial de l’UNESCO, la Médina de Tunis compte plus que 700 monuments incontournables, dont des palais, des mosquées et des mausolées préservés jusqu’à nos jours.

Le centre de la médina se présentait sous une forme ronde, comme toute ville arabo-muslmane. La médina de Tunis est entourée d’une grande muraille des quatre côtés et dominée par une place centrale qui est la Kasbah. Elle s’édifie autour du centre religieux de la grande mosquée Zitouna qui ouvre sur une large esplanade.

Au voisinage de laquelle s’ordonnent les souks des marchands et des artisans mais aussi les habitations qui se trouvent essentiellement dans des ruelles étroites et des impasses et cul-de-sac en grand ce qui donne l’impression en parcourant les faubourgs qu’aucune cohérence architecturale n’existe dans le plan de la ville. 

La plupart des Souks de Tunis ont été édifiés à partir du 12ème siècle; les seuls souks un peu plus « nobles » côtoient la grande mosquée de Zitouna comme la berka par exemple ou  souk el trouk ( le souk des turcs ) et qui constitue le cœur de la médina. 

La médina  à multiple visage n’arrête jamais de nous surprendre et de nous offrir tant de couleurs, de saveurs et de parfums.

Restez émerveillé par la magie des médinas tunisienne en suivant notre blog pour une nouvelle escapade prochainement.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *