Starchitectes : Zaha Hadid, la reine des courbes

À travers l’histoire, l’architecture arabe a donné naissance à des styles traditionnels et à des sites du patrimoine mondial aujourd’hui étudiés par les experts du domaine pour leur niveau de détail et leur savoir-faire.

Un patrimoine qui a ouvert la voie aux architectes arabes d’aujourd’hui, ces derniers conçoivent désormais les projets les plus étonnants du monde en fusion héritage et design contemporains.

Et aujourd’hui, notre blog leur rend hommage à travers cette nouvelle rubrique…

Figure importante du courant déconstructive, l’ irako britannique Zaha Hadid est l’une des femme architectes les plus récompensées. Née le 31 octobre 1950 et décédée le 31 mars 2015, Dame ‘Zaha Hadid’ a étudié à l’Université Américaine de Beyrouth et à la prestigieuse architectural association school of architecture.

Elle a été la première femme à recevoir le prix d’architecture Pritzker, en 2004 ainsi que le  prix d’architecture le plus prestigieux du Royaume-Uni, le prix Stirling, en 2010 et également en 2011.

Un an aprés, elle a été nommée Dame par sa majesté la reine ‘Elizabeth II’  pour ses services à l’architecture, et en 2015, elle est devenue la première et la seule femme à recevoir la Royal Gold Medal du Royal Institute of British Architects.

Elle a été décrite par The Guardian of London comme la «reine de la courbe», qui «a libéré la géométrie architecturale, lui donnant une toute nouvelle identité expressive».

Son travail comprend le centre aquatique des Jeux Olympiques de Londres 2012, le Broad Art Museum de la Michigan State University aux États-Unis, le Heydar Aliyev Centre à Baku et l’Opéra de Guangzhou en Chine.

 Certaines de ses créations ont été présentées à titre posthume, notamment la statuette des Brit Awards 2017, et nombre de ses bâtiments sont encore en construction, notamment le stade Al Wakrah au Qatar, lieu de la Coupe du monde de football 2022.